Quelles sont les origines des Corsets et Robes Steampunk ?

Publié par Steampunk Store le

Bienvenue vaporistes pour un nouvel article sur la mode cette fois. Les tenues guindées font un peu peur par leur réputation héritée du passé. Les bustiers, corsets et autres serre taille du 19 ème siècle ont ils su évoluer. Reprenons les bases et démystifions tout ça

 

Les Corsets Steampunk, des descendants de l'époque victorienne.

origine des corsets et robes steampunk | Steampunk Store

 

La première image tirée du film " Autant en emporte le vent " résume la vision que beaucoup de gens ont des femmes de l'époque victorienne - s'agrippant à des poteaux de lit pendant que leur bonne tire et tire sur les cordes du corset pour atteindre la taille désirable et très étroite. La femme se bat contre la restriction de ses sous-vêtements mais en vain. Elle est condamnée à sa position dans la société : esclave de la mode, choyée et s'efforçant d'être agréable aux hommes, quel qu'en soit le prix.

Bien sûr, il n'y a pas de fiction sans faits. Les femmes ont clairement souffert pour le bien de la mode, tout comme beaucoup le font aujourd'hui avec les talons hauts et la chirurgie plastique. Les crinolines ridiculement grandes, les bustes saillants et les corsets avec ses armatures limitaient souvent les mouvements et l'éventail d'activités auxquelles les femmes pouvaient participer. Mais ce n'est qu'un aspect de l'histoire. L'évolution technologique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle a donné naissance à de nouveaux modèles de sous-vêtements qui ont souvent facilité la vie des femmes, tout en la compliquant davantage. En même temps, de nouvelles attitudes à l'égard de la santé, du confort et de la participation à des activités sportives ont permis aux femmes de prendre davantage conscience de leur corps et des préjudices qui pourraient en découler par des sous-vêtements restrictifs.

illustration de mode 1881 | Steampunk Store

Cet article retrace l'évolution de la silhouette tout au long de la période victorienne, qui a été facilitée par les nouvelles attitudes et technologies. Des crinolines aux bustiers en passant par les corsets qui serrent le corps, il montrera comment ce sont souvent portées ces habits sous les vêtements, ce qui a donné sa forme et ses formes à la mode victorienne. L'article examinera les dispositifs inventés pour comprimer la taille, faire paraître les jupes plus amples, ou pour aider la robe à se projeter par derrière. On a déjà beaucoup écrit sur le rôle du corset et de la crinoline dans la société victorienne, se concentrant largement sur le corset et ses effets néfastes sur le corps. Cet article explorera donc comment ces sous-vêtements ont réellement affecté les femmes qui les portaient, dans le but de dissiper les rumeurs populaires et d'ouvrir les esprits. Il portera principalement sur les vêtements à la mode, car c'est là que se concentrent les collections de Steampunk Store.

Un peu d'histoire.

En 1837, Victoria monta sur le trône. La cour s'est tournée vers cette jeune reine pour qu'elle approuve les nouvelles modes et devienne une icône malgré son jeune âge. Contrairement à la croyance populaire, Victoria s'intéressait à la mode, du moins jusqu'à la mort du prince Albert. Après cette période, traumatisée, elle influencera la cour vers le style gothique, se complaisant dans le deuil ses célébrations. Mais elle n'était pas une dirigeante royale frivole et sa croyance en la simplicité et l'élégance sobre se reflète dans les croquis et peintures de l'époque. Fini les modes flamboyantes du milieu des années 1830 avec leurs énormes manches en forme de ballons, leurs grands capots et leurs rubans arrière. À la fin des années 1830 et dans les années 1840, la robe se caractérisait par ses épaules tombantes, ses longs angles pointus et sa taille basse à pinces. Ces robes à taille basse nécessitaient de longs corsets à forte ossature pour leur donner leur forme.

Les corsets des années 1840 ont été découpés à partir de pièces séparées cousues ensemble pour donner de la rondeur au buste et modeler les hanches. Une armature en forme de plaque, en bois et parfois en acier, était inséré sur le devant central du corset pour donner une ligne lisse au corsage de la robe. Des bandes d’os (sorte de tringle en acier) ont également été insérées le long du dos et parfois sur les côtés et à l'avant, pour donner plus de structure. Les corsets devaient également être rigides pour dissimuler les couches de sous-vêtements, y compris la chemise et le jupon, qui étaient portés en dessous.

 

Femme de l'époque victorienne | Steampunk Store

 

 Les photographies contemporaines donnent une idée de l'inconfort de ces longs corsets, difficiles d’en porter des jours durant. Sur cette illustration, le corps de la femme est maintenu en position raide et anormalement inclinée par un corset à taille fine qui souligne la couture précise du corsage et la ligne de la taille basse.

 

Les Robes Steampunk, ou les robes victoriennes revisitées.

 

Les jupes comme les robes présentaient leurs propres problèmes. Elles ont augmenté en taille et ont dû être soutenus par des couches de jupons lourds qui étaient très chauds et peu hygiéniques - en particulier en été. Les structures pour donner du volume, faites de coussinets en duvet ou d'os de baleine et de jupons raidis, ont contribué à donner un soutien supplémentaire. Le type le plus populaire de jupon raidi était fait de crinoline et de lin, ce qui lui a valu le nom de crinoline ("crin" en français pour crin de cheval et "lin" pour le fil de lin avec lequel il était tissé). Ce type de crinoline ne doit pas être confondu avec la version des années 1850 en cerceaux d'acier, dont il sera question plus loin.

Il n'est donc pas difficile de voir d'où vient l'image archétypique de la femme victorienne docile et servile, à la taille tombante et aux épaules basses, restée à la maison, enfermée dans ses sous-vêtements restrictifs et ses couches de lourds jupons. Il est cependant important de ne pas exagérer. La photographie et les peintures sont très posées et représentent souvent les gens dans leur tenue du dimanche. Bien que les corsets et les jupons lourds étaient manifestement portés, le laçage du corset était probablement desserré et les jupons laissés de côté pour des vêtements plus ordinaires.

 Le développement de la machine à coudre au début des années 1850 a été l'une des innovations les plus importantes du XIXe siècle, car elle a conduit à la production en série de vêtements et de sous-vêtements. Bien que de nombreux corsets des années 1850 étaient encore cousus à la main, la vitesse de couture sur une machine permettait aux fabricants de produire des corsets en bien plus grand nombre et d'augmenter la variété des modèles. La corseterie et la fabrication de sous-vêtements sont donc devenues une industrie majeure avec un chiffre d'affaires de plusieurs millions de livres par an, mais dans les années 1850, ce n'est pas tant la taille que les jupes qui sont au centre de l'attention. Les jupes devenaient de plus en plus larges, et les volants et les matériaux légers dont elles étaient faites signifiaient qu'elles avaient besoin de plus en plus de soutien. Les couches de jupons, y compris les crinolines, n'étaient plus suffisantes, et elles étaient très lourdes et inconfortables. Il fallait quelque chose de plus structuré. 

Un brevet a été déposé en mai 1856 pour un vêtement gonflé au moyen d'un soufflet et dégonflé pour permettre au porteur de s'asseoir. Le magazine satirique Punch a rapporté :

On peut se faire une idée du travail que la mode actuelle a rendue nécessaire, quand on dit que pour remplir les tubes d'air d'une seule robe, il faut à la femme de chambre la plus experte jusqu'à trois heures et quart, même avec l'aide d'un soufflet de bonne taille".

Il y avait même des illustrations dérisoires de femmes soufflant dans des tubes pour gonfler leurs crinolines. Nous devrions toutefois nous garder de prendre ces rapports et illustrations trop au sérieux, car beaucoup d'histoires ont été exagérées.

Voir la collection des chemisiers steampunk

La Crinoline ou la cage dorée.

La crinoline en cage artificielle est apparue en juin 1856 comme une alternative bienvenue et plus pratique. Elle était faite de cerceaux d'acier à ressort, dont le diamètre augmentait vers le bas, suspendus à des rubans de coton. Ce design était assez solide pour supporter les jupes et créer l'effet de cloche désiré. La mode était si populaire que la presse a surnommé l'engouement pour la crinoline la Crinolinemania.

 Beaucoup de choses ont été écrites et dessinées pour critiquer et satiriser la crinoline. Les dangers et les inconvénients du port de la cage ont fait l'objet d'une grande publicité à l'époque, notamment l'impossibilité d'entrer dans les voitures ou de passer par des portes étroites. Certaines images satiriques allaient jusqu'à prétendre que les femmes devaient laisser leurs crinolines à l'extérieur ou sur le toit du véhicule. Révéler plus de chevilles et de jambes qu'on ne le pensait approprié était un autre problème souvent cité. La caricature ci-dessus a été nommée à juste titre A Windy Day et suggère que les femmes ont parfois révélées trop de sous-vêtements en étant soufflées par une soudaine rafale de vent.

Il y avait aussi beaucoup d'histoires d'accidents qui pouvaient arriver à de malheureuses porteuses de crinolines, comme d'être prise dans ses cerceaux en descendant d'une calèche ou de faire des ravages si elle était une ouvrière ou une servante, car la porcelaine, le verre et autres matériaux délicats pouvaient facilement être balayés des tablettes et des rayons. En 1860, l'entreprise textile Courtaulds ordonna à ses ouvrières de laisser cerceau et Crinoline à la maison. Les accidents les plus fréquents et les plus terribles ont été causés par des étincelles provenant de feux à ciel ouvert, une situation qui n'a pas été facilitée par le port de tissus hautement inflammables tels que la mousseline et la soie. Il était même conseillé aux maris d'assurer leur femme dans les bureaux de l'assurance incendie et il y a eu diverses suggestions pour des robes incombustibles.

Beaucoup de ces histoires avaient un certain fondement de vérité. Il est particulièrement facile de comprendre comment les femmes pouvaient s'approcher près d'une cheminée dans leurs grandes crinolines flottantes. Mais il ne faut pas oublier que les moralistes, les publicistes et les satiristes condamnaient souvent les friperies de la mode et avaient tendance à se concentrer sur les situations les plus extrêmes. L'histoire des femmes qui n'arrivent pas à entrer dans les voitures ou à franchir des portes étroites, par exemple, est clairement exagérée. Les crinolines peuvent sembler très rigides, mais l'acier à ressort est en fait incroyablement flexible et peut être comprimé. Il y a eu des accidents, mais les femmes apprenaient à marcher dans les crinolines et à s'asseoir de façon à ne pas révéler tous leurs sous-vêtements.

Les structures en acier à ressorts étaient également très légères, de sorte qu'au lieu d'emprisonner les femmes dans des cages (comme le suggèrent certains rapports et images), elles ont eu un effet libérateur. Elles libéraient les femmes des couches et des couches de jupons lourds et étaient beaucoup plus hygiéniques et confortables. La presse de l’époque vantait les vertus d'une crinoline (probablement très semblable à la photo ci-dessus).

l'enfer de la crinoline | steampunk Store

 Les bandes ondulantes sont si parfaites qu'une dame peut monter un escalier raide, s'appuyer contre une table, se jeter dans un fauteuil, s’installer à sa loge à l'opéra, et occuper un siège supplémentaire dans une voiture, sans déranger elle-même ni les autres. Et cela sans provoquer les remarques grossières des observateurs modifiant ainsi dans une large mesure toutes ces particularités tendant à détruire la modestie des Anglaises.

Les photographies contemporaines montrent que beaucoup de femmes portaient des versions plus petites de la crinoline, par opposition aux énormes créations en forme de clochettes que l'on voit si souvent dans les illustrations de mode. Les grandes crinolines étaient probablement réservées aux bals, mariages et autres occasions spéciales.

L'engouement pour la crinoline a atteint son apogée à la fin des années 1850 et au début des années 1860. Après environ 1862, la silhouette de la crinoline a changé et, au lieu d'être en forme de cloche, elle était maintenant plus plate à l'avant et projetée vers l'arrière.

 

Collection des corsets steampunk | Steampunk Store

 

Voilà vaporistes, j'espère avoir amené une vision moins sombre de cette période passionnante qu'est l'époque victorienne. Maintenant vous savez que l'on privilégie le confort depuis, inutile d'étouffer pour porter un corset ou une robe.

Merci de partager l'article s'il vous a plu et à bientôt pour un nouvel article sur l'univers envoutant du Steampunk.


Partager cet article



← Article précédent Article suivant →

Articles populaires

Qu'est ce que l' Art Steampunk ?
Qu'est ce que l' Art Steampunk ?
Nous avons déjà traité de ce sujet pour de nombreuses facettes de l'art rétro futuriste : Les Films Steampunk, avec ...
En lire plus
Découvrez le Noël de l' Epoque Victorienne
Découvrez le Noël de l' Epoque Victorienne
L'univers Steampunk et l'Angleterre Victorienne sont si liés qu'il est parfois difficile de faire la différence. Avec...
En lire plus
Focus sur le Steampunk Japonais
Focus sur le Steampunk Japonais
Steam Garden : Le festival steampunk de Tokyo. Bien que cela ressemble parfois un peu à de la vantardise, quand les g...
En lire plus